le transbordeur de Beauval

Grâce à l’amabilité des responsables de la société Cognis qui occupait alors le site, nous avons pu, au mois de juillet 2001, nous rendre sur les lieux afin d’y faire des observations et prendre des photos. Le résultat vous est proposé ici et dans la section concernant l’usine oxhydrique.

[ Pivot de grue (Côté canal)]

Ci-dessus :Cet axe de grue en acier est un des derniers vestiges du chariot transbordeur en service de 1885 à 1893... Le transbordeur utilisait la force motrice du barrage des basses fermes, par l’intermédiaire d’une dérivation parallèle à la Marne, alimentant des turbines (voir plus bas). Ces turbines furent également utilisées quelques années plus tard pour alimenter une usine et une centrale électrique. L’ascenseur à bateaux longeait le déversoir qui relie le canal à la Marne, et dont la vanne est visible en arrière plan. Voir un plan de l'installation

[ Chariot du transbordeur ]

Construit en 1884 sur l’initiative du transporteur Jules Fournier, il permettait de faire passer des barges entre la Marne et le canal de l’Ourcq à l’endroit où ceux-ci sont proches d’environ 500m seulement. On économisait ainsi une centaine de kilomètres. Coté Marne, il démarrait juste après le barrage des basses fermes, et les barges étaient hissées perpendiculairement aux cours d’eau.
En savoir plus

[ Péniche sur le transbordeur  ]

Détail du système assurant l’horizontalité des barges lors de leur transport, la pente du terrain étant irrégulière.

[ Dispositif des rails ]

Ci-dessous :Les images ci-dessous montrent les vestiges du transbordeur situés dans le périmètre de la société Cognis qui aujourd’hui exploite le site, et dont les responsables ont eu l’amabilité de nous permettre l’accès. Sur toute la partie longeant le deversoir, on peut y voir de nombreux débris - principalement de la maçonnerie de pierres et des ferrures....

Vestiges du système :
[ Maçonnerie ]
[ Maçonnerie et menuiserie ]
[ Maçonnerie avec ferrures ]

Ci-dessous :Les fondations du bâtiment des turbines existent toujours, et sont d’ailleurs un des témoins les mieux conservés de ces installations. Les turbines et leurs arbres sont encore en place.

[ Turbines hydrauliques ]

Ci-dessous :Encore un axe de grue, cette fois-ci côté Marne. Il s’agit probablement de la grue que l’on peut appercevoir sur plusieurs des vues de l’usine oxhydrique    .

[ Pivot de grue (Côté Marne) ]

Je tiens ici à remercier MM Le Hen et Roegel (société Cognis) pour leur accueil.

Ci-dessus :haut de la page| HTML 5 | | m. à j. 9 février 2015 | Index