la société Astra

Logo Astra

En 1899, Édouard Surcouf — qui avait auparavant collaboré avec les frères Tissandier — crée à Billancourt les Ateliers aéronautiques Éd. Surcouf, qui construisirent le Lebaudy I en 1902 et le Ville-de-Paris en 1906.
En 1908, Henry Deutsch de la Meurthe fonde la société Astra qui rachète ces ateliers. Ses activités couvriront la construction de ballons et de dirigeables (voir publicité plus bas) mais aussi d'avions, dont les fameux Astra-Wright.
Les frères Wright, après leur succès avec le premier vol contrôlé en 1903, n’avaient en effet rencontré que l’indifférence dans leur pays d’origine et recherchaient des partenaires en Europe pour poursuivre le développement de leurs appareils. Astra fut un de ces partenaires et produisit un certain nombre de versions modernisées du « Flyer » dont les plus récents avaient enfin les gouvernes à l’arrière…

Bureau Astra

Le bureau Astra devant le hangar de Beauval[ ci-dessus ]

En octobre 1909, Julien Sarrazin est chez Astra à Billancourt et écrit sa carte postale quotidienne (*) à sa fiancée, Alice Lapersonne. Avec tout le respect dû à un ancêtre, il essaye visiblement d’impressionner l’élue de son cœur !

Carte à Alice

Mercredi 20 octobre 09   6H½ du soir

Ma chère Alice

C'est le seul moment de la journée d’aujourd'hui où j’ai pu avoir un moment pour vous écrire.
Vous ne pouvez croire le travail que j’ai eu aujourd’hui.
À partir de 9H ce matin jusqu’à midi, j’ai été occupé avec Orville Wright.
J'ai été déjeuner, puis je n’était pas sitôt rentré que le comte de Lambert est arrivé et j’ai perdu avec lui 2H. Mais elles ont été intéressantes : il m’a raconté son voyage au dessus de Paris ce qui n’a pas été, croyez-le bien, sans m’intéresser.
Puis ensuite il a fallu que j’aille à St Clou : il y a une ascension ce soir à 11H mais tranquillisez-vous, je n’y vais pas. À 11H je serais en train de dormir du sommeil du juste.
J’espère recevoir bientôt de vos nouvelles (…)

(*) Les cartes postales étaient alors utilisées comme le sont aujourd’hui le courriel et le « texto » (SMS, voire même MMS), pour une correspondance rapide et décontractée. Les services de la Poste de l’époque étaient apparemment très efficaces : en étudiant les dates mentionnées sur certaines CPA, on est étonné de constater qu’un expéditeur pouvait recevoir une réponse à son courrier dès le lendemain — ceci bien-sûr, dans les limites d’une zone géographique donnée, comme ici l’Ile-de-France.

Annonce publicitaire parue dans l’Auto-office de 1909. Nous ne garantissons pas l’actualité des tarifs figurant ci-dessous ![ ci-dessous ]

 HTML 4.01 | rev. Nov. 23, 2006 | Index