Machines hydrauliques dans la région de Meaux

En juin 2003, toute l’équipe (!) de meauXfiles s’était rendu à Villers-lès-Rigault et Trilbardou pour y visiter les installations de pompage du canal de l’Ourcq.
Ces deux usines – très différentes par les technologies déployées – remplissent la même fonction : réalimenter le canal de l’Ourcq en eau puisée dans la Marne. Elles présentent aussi la particularité de continuer à utiliser – exclusivement ou partiellement – du matériel conçu et construit au XIXe siècle…
Nous vous présentons ici quelques vues prises lors de ces visites.

L’usine élévatoire de Villers-lès-Rigault

[ L'usine : vue extérieure côté Marne ]
[ Vue d'une des 2 turbines de Girard ]

La turbine centrifuge de Girard

Malgré son aspect désuet, la roue de l’ingénieur Louis-Dominique Girard est en fait une turbine, de type radiale ou centrifuge (système Fourneyron).
L’injection de l’eau sous pression s’y fait cependant partiellement, sur un secteur restreint de la roue, par un distributeur situé en contrebas, dans la fosse.

L’usine de Villers-lès-Rigault, mise en service en 1868, est équipée de deux de ces turbines.

L’usine élévatoire de Trilbardou

[ L'imposante roue en bois de Sagebien ]
[ Bielles et pompes de l'usine de Trilbardou ]

La roue-vanne de Sagebien.

Comme souvent lorsque de nouvelles technologies se profilent, les anciennes techniques se trouvent portées à leur apogée.
Ce « moteur hydraulique » conçu par l’ingénieur Alphonse Sagebien (breveté en 1858), utilise pour se mouvoir la différence de pression entre les deux faces d’une pale, contrairement aux roues à aubes classiques qui utilisent plutôt l’énergie cinétique de l’eau. Le rendement est donc optimisé et atteindrait d’après certaines sources le chiffre impressionant de 80-90%.

Mécanisme d’entrainement des pompes

Du temps où les ingénieurs étaient aussi architectes et designers…